Communication écrite · interviews · musique

Henka Seppälä (Children of Bodom) : « Pour l’Euro, je mise tout sur l’Islande »

Plus fort que Pierre Ménès, Henkka Seppälä nous a fait ses pronostics pour l’Euro 2016. Et comme il n’y a pas que le foot dans la vie, le bassiste de Children of Bodom nous donne aussi son avis sur l’arrivée de Daniel Freyberg dans le groupe et nous parle de sa vision de la musique après 20 ans de bons et loyaux sévices.

Vous avez un nouveau guitariste depuis l’an dernier. Comment ça se passe avec Daniel ?
Très bien. On le connaissait déjà donc on partait du bon pied, mais ça se passe encore mieux que ce qu’on avait imaginé. On s’était tous concertés pour chercher la meilleure personne pour le groupe… Nos critères : trouver quelqu’un qui plaise à tout le monde, et qui soit d’Helsinki. Le choix s’est vite imposé, c’était évident. C’est un chouette type et il est très motivé en plus d’être bon guitariste. On n’a pas encore commencé à composer de nouvelles chansons avec lui, par contre.

Sur votre page Facebook, vous avez relayé une info assez amusante : Obama dit aimer le heavy metal. Qu’est-ce que tu en penses ?
[rires] Ouais. Je trouve ça impressionnant. C’est très cool qu’il s’intéresse à ce genre de choses, ou même simplement qu’il pense à en parler. Je ne sais pas s’il écoute Children of Bodom mais ce serait cool.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?
J’écoute la radio, la radio locale en Finlande. Ils passent un peu de tout, c’est une stationindie. Mais j’achète aussi des CDs, récemment j’ai acheté le dernier Ghost, j’attends le nouveau Gojira, je crois qu’il sort cet été

Alexi Laiho, votre chanteur, a dit en interview que de nos jours il faut être meilleur qu’avant en live, qu’est-ce que tu en penses ?
Je crois que c’est vrai. Tu dois être bon quoi qu’il arrive, bien sûr, mais la situation actuelle est particulière en ce qui concerne les concerts. C’est généralement ce qui amène le plus d’argent aux groupes, parce que le marché du CD n’est plus le même. Donc oui, j’imagine qu’il faut être impeccable sur scène pour attirer et satisfaire beaucoup de public. Mais un bon musicien, un bon artiste fera toujours de son mieux dans toutes les situations ; l’implication de ce qu’on donne en live a juste changé, les répercussions ont changé, notamment au niveau des revenus.

Tu as des chansons que tu aimes particulièrement jouer en live ?
Les nouvelles sont toujours plus agréables à jouer, c’est plus frais. Du coup en ce moment… J’aime bien jouer Morrigan, et I Worship Chaos est aussi fun à jouer. Les gens deviennent tarés quand on la commence donc ça me rend toujours impatient. Hate Crew Deathroll est une ancienne mais j’aime beaucoup ma partie dessus, c’est probablement ma préférée.

En concert, tu parles assez souvent au public dans sa langue, peu importe où vous êtes. On s’est rendu compte que tu étais assez à l’aise en français et en anglais, mais aussi en suédois. Comment ça se fait ?
J’étais dans une école française, quand j’étais tout petit. Les trois premières années d’école. À l’école j’ai appris le suédois et l’anglais. Effectivement ça fait quatre langues avec le finnois ! Et le reste c’est les voyages qui me poussent à approfondir. J’ai toujours été intéressé par les langues.

pit concert children of bodom download festival paris 2016

Tu as aussi étudié l’histoire politique.
Oui, c’est aussi quelque chose qui m’intéresse ; ça me semble essentiel pour comprendre les situations telles qu’elles sont aujourd’hui, comment l’histoire ou des guerres ont forgé nos pays.

Sabaton parle beaucoup de faits historiques dans leurs chansons, c’est un mélange qui te parle ?
Je ne connais pas très bien les paroles de Sabaton, mais si tu me dis ça je vais me renseigner. Ils glorifient la guerre ou sont plutôt critiques là-dessus ?

Plutôt critiques, il y a des chansons sur leur album The art of war qui parlent justement des pertes humaines des deux guerres mondiales par exemple.
Ok, ça m’intéresse, il faudra que j’écoute ça plus en détail.

Tu joues dans Children of Bodom depuis que tu as 14 ans, ça fait 20 ans cette année. Tu n’es pas lassé de tout ça ? On voit les autres membres aller vers des side-projects, mais pas toi…
Ne pas avoir de side-project, c’est un choix. C’est assez simple en fait : je n’ai pas de besoin musical qui sorte du cadre de ce qu’on fait avec Children of Bodom. Et mine de rien c’est difficile de trouver le temps pour ça ! Donc quand je suis en studio, c’est pour enregistrer avec les gars. Dès qu’on revient de tournée, on retourne en studio, donc… Mais pour ce qui est d’être lassé, non, pas du tout.

Ça représente quoi la musique pour toi ?
Toute ma vie. Un travail, une passion, une distraction… C’est aussi une façon de faire sortir la tension, de me relaxer. Ça a beaucoup de sens et d’utilités différentes à la fois, c’est très complémentaire.

Du coup tu ne te verrais pas faire autre chose un jour ? On t’a imaginé une deuxième carrière si jamais tu te lasses, j’ai lu que tu aimais jouer au hockey sur glace…
Ah bon, du hockey ? Non, pas du hockey, je sais pas qui a écrit ça. J’adore le foot par contre. Mais je me verrais vraiment pas faire autre chose que de la musique. C’est génial de procurer du bonheur aux fans en faisant ce que tu aimes, je ne m’en lasse pas et je ne pense pas en changer un jour. Sûrement pas pour faire du hockey ! Ni du foot, je préfère regarder.

children of bodom alexi laiho download festival paris france 2016

L’Euro de foot se passe en France cette année, on n’entend parler que de ça. Tu soutiens une équipe ?
Je mise tout sur l’Islande. C’est la première fois qu’ils participent, mais ils sont excellents, ils sont sortis premiers de leur groupe aux qualifications. Ils ont mis deux-zéro aux Pays-Bas, c’est pas rien. J’espère vraiment que l’Islande va gagner… Mais si je devais être plus pragmatique, je dirais que l’Allemagne va gagner l’Euro cette année. Peut-être le Portugal. Ça commence fort apparemment, France-Roumanie était un bon match, vous l’avez regardé ? [NdlT : l’interview s’est faite le lendemain du match]

On était devant Iron Maiden !
Je comprends, des fois il faut faire des choix… C’était un bon match. Dans le fond, j’aimerais bien que la France gagne. Ça vous ferait du bien, après toutes ces mauvaises expériences que vous avez enduré. Vous avez de très bons joueurs, et ça mettrait du baume au cœur du pays si vous gagniez. Je croise les doigts pour la France.

Notre question rituelle : Beatles ou Rolling Stones ?
J’écoute ni l’un ni l’autre ! Mais je suis plus familier avec les Beatles, mon père écoutait beaucoup les Beatles. Mais du coup c’est un choix par défaut, c’est pas vraiment mon truc.

Merci Henkka !

Propos recueillis par : Marine Pellarin & Ugo Schimizzi
Retranscription : Marine Pellarin
Photos : Ugo Schimizzi

Initialement publié le 23 juin 2016 sur Vacarm.net

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s